Veille sanitaire de l’avifaune sauvage

Veille sanitaire de l’avifaune sauvage

Après plusieurs pays du Nord de l’Europe, la France a détecté son premier foyer d’Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP) en Haute-Corse dans le rayon animalerie d’une jardinerie. De fait, à compter du 17 novembre 2020, l’ensemble du territoire national métropolitain est placé en niveau de risque « élevé ». Cette situation entraîne l’application de mesures de protection pour stopper les contacts entre les oiseaux sauvages et les volailles domestiques (claustration ou mise sous filet des volailles, interdiction de rassemblements d’oiseaux…). Ces mesures de protection contre l’IAHP sont à mettre en place sans délai par les acteurs professionnels ou non.

La surveillance renforcée de la mortalité d’oiseaux sauvages est un outil majeur pour le suivi de la propagation de l’Influenza Aviaire. Cette veille sanitaire permet de prendre rapidement en compte l’apparition du virus sur un territoire et d’adapter au mieux les mesures de protection, notamment pour les acteurs de la filière avicole, dont le seul objectif est de stopper la propagation du virus.

Ainsi, pour rendre cette surveillance sanitaire opérationnelle, il est essentiel que chacun signale la découverte de cadavres d’oiseaux sauvages, à savoir :
    • Dès le 1er cadavre d’anatidés (cygnes, canards…), de laridés (goélands, mouettes…), de rallidés (foulques, râles…), d’échassiers et de rapaces.
    • En présence d’une mortalité groupée pour toutes les autres espèces d’oiseaux.

A la découverte d’une mortalité d’oiseaux, contacter rapidement le service départemental de Loire-Atlantique de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) :
    • Par téléphone : 02-51-25-07-87
    • Par mail : sd44@ofb.gouv.fr

Pour éviter tout risque de propagation du virus, les cadavres ne doivent surtout pas être déplacés afin de permettre aux agents de l’OFB de mener leur enquête sur place. Malgré tout, ce virus ne présente aucun risque pour la santé humaine, n’étant très contagieux que pour les oiseaux.

Le SBVB recrute !

Le Syndicat du Bassin versant du Brivet est la collectivité compétente pour une gestion intégrée de l’eau et des milieux aquatiques à l’échelle du bassin versant Brière-Brivet. Le SBVB recrute un ou une chargé(e) de mission « EAU » dans le cadre de son programme d’actions 2020-2025.

Le ou la chargé(e) de mission intégrera une équipe de 15 personnes où la polyvalence, l’autonomie, le sens du relationnel et la disponibilité sont essentiels. Il ou elle sera placé(e) sous la responsabilité de l’animatrice de bassin versant.

Il aura à la fois un rôle d’animateur, de médiateur et de référent technique pour le SBVB et les autres maîtres d’ouvrages et partenaires associés du Contrat Territorial Eau.

Ces missions seront transversales et visent à animer les différentes actions et projets liées à la gestion qualitative et quantitative de l’eau :

  • Coanimer avec l’animatrice Bassin Versant le Contrat Territorial EAU sur le bassin versant Brière-BrivetÞ ± 10%
  • Pilotage des actions de réduction des intrants et de produits phytosanitaires, et de préservation des zones humides du programme : suivi administratif et financier, être le référent et relai des partenaires agricoles et communaux, animation de réunions, rédaction de bilans, etc.
  • Lancement des 1ères actions : agricole, bocage, sensibilisation, etc.
  • Veiller à une coordination et une cohérence avec les réflexions des différents partenaires : CT voisins, PCAET, documents d’urbanisme, schémas d’aménagements, etc.

 Animer le volet de réduction des intrants et des produits phytosanitaires en lien avec les partenaires agricoles (GAB44, CA44, CIVAM…), collectivités et habitants Þ ± 60%

  • Animation et coordination des actions de limitation des produits phytosanitaires : prise de contact et entamer des démarches de travail (participation/ co-construction) avec les agriculteurs et partenaires agricoles, mise en place de diagnostics, formations et actions de sensibilisation auprès du monde agricole, des collectivités et des habitants
  • Animation et Coordination des actions relatives à limitation des intrants et de l’érosion : Suivi et coordination des inventaires des éléments structurants du paysage selon le CCTP du SAGE/schémas bocagers à l’échelle du bassin versant : cohérence EPCI, participation à la construction des CCTP, mise en place des travaux de plantation/zones tampons, actions de sensibilisation etc.
  • Animer et développer des actions pour la préservation des zones humides: Þ ± 10%
  • Animation et coordination de la réactualisation des inventaires des zones humides à l’échelle du bassin versant : cohérence EPCI et participation à la construction du CCTP avec le SAGE
  • Réflexion sur la stratégie foncière pour la préservation et la protection des milieux aquatiques
  • Assister sur les missions de suivi de la qualité de l’eau: prélèvements, mobilisation en cas d’alerte pollution Þ ± 5 %
  • Informer, communiquer et sensibiliser Þ ± 15%
  • Pédagogie auprès des scolaires : assurer des animations auprès des scolaires
  • Communication autres publics : assister l’animatrice bassin versant sur des actions de communication (média, réseaux sociaux…)

 

PROFIL

  • Formation supérieure en environnement/agriculture/aménagement du territoire
  • Très bonne connaissance du milieu rural et du fonctionnement du monde agricole
  • Expérience souhaitée dans le domaine des collectivités et/ou de l’eau et des milieux aquatiques
  • Maîtrise des outils informatiques et des logiciels SIG (QGis)
  • Capacité à s’organiser et à respecter les échéances
  • Rigueur et sens de l’organisation pour travailler
  • Forte capacité de médiation et d’animation
  • Autonomie
  • Esprit de synthèse

 

Conditions de travail

Contrat de projet de 2 ans (poste contractuel soumis à des financements extérieurs)

Salaire en fonction de la grille de la fonction publique territoriale et de l’expérience + RIFSEEP + participation prévoyance

 

Candidature :

CV + Lettre de motivation à adresser à l’attention de Monsieur le Président du SBVB avant le vendredi 4 décembre 2020

par mail à : contact@sbvb.fr

par voie postale à :

Syndicat du Bassin Versant du Brivet – PA Abbaye III / 5 rue des Frères Lumière – 44160 PONT-CHÂTEAU

 

Renseignements administratifs : contact@sbvb.fr

Renseignements techniques : mathilde.goalabre@sbvb.fr

 

Entretiens : Semaine 51 (entre le lundi 14 et le vendredi 18 décembre 2020) / Prise de poste dans les meilleurs délais (début 2021)

 

Le Parc de Brière et le Syndicat du Bassin Versant du Brivet lauréats d’un concours national!

Pour les dixièmes assises nationales de la biodiversité qui se déroulent actuellement à Paris, le prix national du génie écologique dans la catégorie : “gestion des espèces envahissantes” a été décerné au Parc naturel régional de Brière (PnrBrière) et au Syndicat du Bassin Versant du Brivet (SBVB).

Ces deux partenaires ont présenté conjointement leur travail autour de la problématique “jussie”, cette plante envahissante présente sur le territoire.

 

Ce prix récompense des projets exemplaires faisant appel à des techniques naturelles de génie écologique qui démontrent leur efficacité face à de nombreux enjeux pour la préservation de la biodiversité.

Ce travail consistait pour le Syndicat du Bassin Versant du Brivet à remettre en oeuvre une gestion hydraulique par envoi d’eau salée  saumâtre provenant de la Loire vers les marais du Priory et de la Taillée (secteur Donges-Prinquiau) pour lutter contre la jussie” commente Albin Loussouarn, technicien milieux aquatiques au SBVB. “Le Parc naturel a quant à lui, piloté les suivis scientifiques autour de cette action et d’autre part, animé un groupe d’agriculteurs volontaires pour travailler sur la problématique Jussie , précise Ludovic Da Silva, Technicien pour le Parc.

Ces deux projets s’inscrivent dans le PACTE de lutte contre le développement de la Jussie.

 

Pour ces deux actions, a été particulièrement salué le travail d’évaluation par les partenaires scientifiques (Agrocampus, INRA, fédération de pêche, …) de l’impact des envois d’eau salée sur la Jussie mais aussi sur la biodiversité. Ceci a permis de mettre en lumière une forte diminution des densités de la plante et aussi de pointer des pistes d’amélioration pour favoriser la continuité écologique, notamment pour les poissons d’eau saumâtre. Saluée également, la participation d’agriculteurs volontaires pour tester des moyens de gestion et d’actions respectueuses de l’environnement limitant l’envahissement des prairies par la Jussie.

(Légende de photos :  mise en défens des canaux pour éviter la dégradation des berges par les bovins, / retards de pâturage pour maintenir une structure de végétation dense, …)

L’animation consacrée à ces projets représente près de 120 jours par an pour chaque structure.

 

pour en savoir plus : http://www.parc-naturel-briere.com/fr/leparc/le-syndicat-mixte/un-territoire-dexperimentation/le-pacte-jussie

et https://www.sbvb.fr/salinisation/

Eric Provost, élu à la présidence du SBVB

Eric PROVOST, Vice-président de la CARENE et président du Parc naturel régional de Brière, vient d’être élu président du Syndicat du Bassin versant du Brivet, lors du comité syndical du 29 septembre 2020.

Il succède à Alain MASE, président du SBVB de 2014 à 2020.

« Le SBVB ou le Syndicat du Bassin Versant du Brivet est la collectivité compétente pour une gestion concertée de l’eau et des milieux aquatiques à l’échelle du bassin versant. » indique le nouveau président.

Après avoir vivement salué les actions menées par son prédécesseur, Eric PROVOST a rappelé les enjeux de ce territoire d’eau et notamment la mise en œuvre de la stratégie 2020-2025 pour la reconquête de la qualité des milieux aquatiques et des eaux : « un premier Contrat EAU 2020-2022 est à engager et à réussir, cela sera notre ligne de conduite ».

 
 

Les 5 EPCI de ce territoire (CAP Atlantique, CARENE, CC Pontchâteau/St-Gildas-des-Bois, CC Estuaire et Sillon et CC Région de Blain) ont transférés au SBVB la compétence GEMAPI (Gestion de l’eau et des milieux aquatiques et la prévention des inondations) depuis le 1er janvier 2018.

C’est une équipe de 15 agents qui agit au quotidien pour :

  • La gestion des niveaux d’eau via 18 ouvrages hydrauliques dont il assure l’entretien et la maintenance, avec un service d’astreinte (24h/24h, 7j/7j)
  • L’entretien et la restauration des milieux aquatiques (travaux de curage des canaux de marais, restauration des cours d’eau, etc.)
  • La lutte contre les espèces exotiques envahissantes (jussie, ragondins, etc.)
  • La reconquête de la qualité de l’eau (suivis pesticides, animations, etc.)
  • La prévention des inondations

 

Au cours de ce comité syndical, 4 vice-présidents ont également été élus au Syndicat du Bassin Versant du Brivet. Alain GUIHENEUF (Communauté de Communes de Pontchâteau Saint Gildas), Christian GUIHARD (Carene), Daniel GUILLE (Communauté de Communes Estuaire et Sillon) et Olivier DEMARTY (Communauté de Communes de Pontchâteau Saint Gildas) ont été élus vice-présidents du SBVB.

Pour plus de renseignements, prendre contact avec le Syndicat du bassin Versant du Brivet au 02 40 45 60 92 ou à contact@sbvb.fr

Travaux sur les cours d’eau du Bassin Versant Brière Brivet : ça commence !!!

C’est parti !

Premières pierres mises dans le cours d’eau

 

Pour répondre aux lois européennes et françaises en matière de reconquête de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, un ambitieux programme de travaux de restauration sur les cours d’eau a été établi pour la période 2020-2025. Il a notamment l’objectif de rétablir le bon fonctionnement des ruisseaux : meilleure épuration de l’eau, favoriser la biodiversité aquatique, limiter les inondations en ralentissant les écoulements….

Ainsi depuis début septembre, des travaux sont en train de se réaliser sur les cours d’eau suivants (voir carte en annexe) :

  • Ruisseau de Cuhin-la Borgne: Pontchâteau (secteur Pinson, La Violais amont, Les métairies, Le Guélin, Bout de Ville), Sainte Reine de Bretagne (La Gagnerie de Maucadan), Crossac (La Gagnerie de Maucadan, Le Guélin, Bout de Ville)
  • Ruisseau de la queue Grohan: Saint Gildas des Bois (La Réserve)

D’autres travaux sont également prévus sur la commune de Saint-Malo-de-Guersac (fascinage) et sur la commune de Bouvron (passerelle).

Vous êtes donc susceptibles de rencontrer les agents du SBVB ainsi que les prestataires des travaux sur les secteurs définis ci-dessus, dans le cadre des travaux cours d’eau.

Ce programme de travaux autorisé par arrêté préfectoral, est financé par l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, la Région des Pays de la Loire et le Département de Loire Atlantique. Il est

Le cours d’eau reprend vie

 

également soutenu par la préfecture des Pays de la Loire, les Communautés de Communes et d’Agglomérations du territoire (CARENE, Cap Atlantique, CC Pontchâteau Saint-Gildas-des-Bois, CC Estuaire et Sillon et Région de Blain).

Le Syndicat du Bassin Versant du Brivet (SBVB) est une collectivité territoriale ayant pour missions la gestion équilibrée de la ressource en eau et des milieux aquatiques, ainsi que la prévention contre les inondations, sur le territoire du Bassin Versant Brière-Brivet. Ce territoire s’étend sur 800 km² entre l’estuaire de la Vilaine et l’estuaire de la Loire, la presqu’île de Guérande et le canal de Nantes à Brest.  

 

Plus d’informations : contacter le SBVB au 02 40 45 60 92 ou informez-vous sur notre site internet https://www.sbvb.fr

Le contrat Territorial EAU 2020-2022 signé !!!!

Alain Massé, président du Syndicat du Bassin Versant du Brivet, Bernadette DORET, directrice Maine Loire Océan de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, Maurice Perrion, vice-président de la Région des Pays de la Loire, Freddy Hervochon, Vice-président du Département de Loire Atlantique, ont signés le mercredi 2 septembre 2020 au Domaine de la Ducherais à Campbon un contrat territorial Eau pour la reconquête de la qualité des milieux aquatiques et de l’eau du bassin versant Brière Brivet.

Le SBVB a élaboré un programme pluriannuel 2020-2025 de travaux destinés à reconquérir la qualité de l’eau du bassin versant. Pour y parvenir, une première phase d’actions a été signée le 2 septembre 2020 via un contrat territorial Eau 2020-2022, autour de plusieurs objectifs :

  • La restauration des cours d’eau
  • La caractérisation des sources de pollution pour les réduire
  • La prévention des inondations
  • La sensibilisation, la pédagogie et la communication
  • L’animation et la mise en place de suivis

 

Financé par l’agence de l’eau Loire Bretagne, la Région Pays de la Loire, le Département de Loire-Atlantique, ce contrat associera 12 maîtres d’ouvrages et partenaires ayant participé à la co-construction de ce programme d’actions autour du SBVB :

 

– la préfecture des Pays de la Loire

– la Communauté d’agglomération de la Presqu’île de Guérande Atlantique,

– la Communauté d’Agglomération de la Région Nazairienne et de l’Estuaire,

– la Communauté de Communes de Pont-Château Saint Gildas,

– la Communauté de Communes Estuaire et Sillon,

– la Communauté de communes de la Région de Blain,

– le Syndicat Mixte du Parc naturel régional de Brière,

– la Fédération de Pêche de Loire Atlantique,

– le Syndicat Loire Aval,

– le Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement Loire Océane.

 

Le contrat territorial eau 2020-2022 s’élève à 7 893 100HT. Il est financé par :

  • 3 023 903 euros de subvention de l’agence de l’eau,
  • 935 122 euros de subvention de la Région pour 2020 et 2021, qui seront augmentés en 2023 pour tenir compte de l’avancement du programme d’actions,
  • 723 273 euros de subvention du Département,
  • 56 000 euros de subvention de l’Europe

D’autres acteurs apporteront également leur concours à la réalisation du contrat par leur autofinancement :

  • 2 408 961 €HT d’autofinancement du Syndicat du Bassin Versant du Brivet
  • 27 000 €HT d’autofinancement du Département de Loire Atlantique,
  • 102 500 €HT d’autofinancement du Parc naturel régional de Brière,
  • 13 000 €HT d’autofinancement de la Fédération de pêche de Loire atlantique,  
  • 16 000 €HT d’autofinancement du SYLOA,  
  • 88 000 €HT d’autofinancement des intercommunalités (Cap Atlantique, CARENE, CCPSG, CCRB, CCES)  

Le suivi des milieux aquatiques et le bilan réalisé au terme du contrat permettront de vérifier si les résultats sont au rendez-vous ou, si nécessaire, de réorienter l’action.

Le contrat territorial Eau est le cadre privilégié d’intervention de l’état, l’agence de l’eau Loire-Bretagne, de la Région des Pays de la Loire, du Département de la Loire-Atlantique, pour améliorer la qualité des eaux. Selon les enjeux des territoires, le contrat concerne un ou plusieurs thèmes : les pollutions diffuses, la restauration des cours d’eau, les zones humides ou la gestion quantitative. Il réunit les acteurs du territoire sur des enjeux identifiés et partagés et facilite la convergence des actions.

Le Département de Loire-Atlantique s’engage auprès des gestionnaires de cours d’eau et marais pour la restauration du fonctionnement écologique et hydrosédimentaire des masses d’eau (cours d’eau, plan d’eau et marais), menés à l’échelle cohérente des territoires des bassins versants.

Ce contrat Brière-Brivet est le premier contrat regroupant les trois financeurs en matière subvention aquatiques que sont l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, le Département de Loire-Atlantique et la Région Pays de la Loire. Quatre autres contrats seront signés d’ici la fin 2020 en Loire-Atlantique : Sillon et Marais nord Loire, Erdre, Chère Don Isac, Vilaine. 

Règlement d’eau – Réunions d’information

La réflexion pour l’élaboration des règlements d’eau* du bassin Brivet-Brière va démarrer à l’automne 2020. L’objectif est de définir les règles de gestion pour chaque ouvrage hydraulique (vannes, portes à flots) en fonction de la période de l’année, dans le but de gérer l’eau de façon équilibrée pour la biodiversité et le développement économique et humain du territoire. Les ouvrages concernés sont principalement les 18 ouvrages dits « mécanisés » actuellement gérés par le Syndicat du bassin versant du Brivet. Les règlements d’eau retenus seront ensuite expérimentés en 2021 et 2022 avant d’être adaptés si nécessaire puis définitivement adoptés.

La réflexion se déroulera dans trois secteurs différents du bassin :

  • Haut-Brivet, Besné ;
  • Martigné, Priory, Taillée, Moyen-Brivet ;
  • Brière, Boulaie, Bas-Brivet.

Dans chacun de ces secteurs, plusieurs ateliers successifs seront organisés pour aboutir à des propositions de règlements d’eau.

Au préalable, vous êtes invités à participer à l’une des réunions d’information et d’inscription aux ateliers, qui sont prévues aux dates suivantes :

  • Le 8 septembre à 10 h à la salle de la Boule d’Or – chemin de Cribœuf à Pontchâteau ;
  • Le 11 septembre à 14h h à la salle de la Boule d’Or – chemin de Cribœuf à Pontchâteau ;
  • Le 14 septembre à 18 h à la salle de loisirs Jean-Yves Plaisance – Coët-Rotz à Pontchâteau.

Ces trois réunions d’information sont identiques.

Le travail de réflexion sur les règlements d’eau nécessite la participation active de toutes les personnes qui vivent ou réalisent une activité sur le bassin du Brivet : agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, professionnels du tourisme, naturalistes, riverains des marais ou des cours d’eau, propriétaires fonciers, agents ou élus des collectivités et du PNR de Brière ou habitant, au plus proche du terrain. C’est pourquoi, au-delà de votre participation à l’une de ces réunions, nous comptons sur vous pour diffuser largement cette invitation auprès de vos partenaires et adhérents.

Afin d’organiser ces réunions en contexte d’épidémie de la Covid-19, il est obligatoire de s’inscrire en envoyant un mail à l’adresse suivante romain.deckert@sbvb.fr. le nombre de place est limité. Les mesures de prévention habituelles (distance physique, gestes barrière, désinfection des mains) seront appliquées ; merci de vous munir d’un masque – OBLIGATOIRE.

Pour la suite, nous vous invitons à noter d’ores et déjà les dates envisagées pour l’organisation de la première série d’ateliers, qui se dérouleront en petits groupes (25 personnes maximum) :

  • 15 septembre ;
  • 17 septembre ;
  • 21 septembre.

Lien vers le document en pdf : ici

Arrêté cadre portant sur les limitations et interdictions de prélèvement dans les cours d’eau et les nappes de la Loire-Atlantique du 29 mai 2020

 
Arrêté cadre sécheresse du 29 mai 2020

Une nouvelle version de l’arrêté cadre sécheresse a été signée le 29 mai 2020, suite à quelques ajustements issus du retour d’expérience de la sécheresse 2019.

Le retour d’expérience de la mise en œuvre de cet arrêté en 2019 a mis en évidence que certaines dispositions n’étaient pas assez clairement formulées pour permettre une bonne compréhension des usagers et donc une bonne mise en œuvre. L’arrêté cadre proposé permet principalement de clarifier les dispositions qui ont suscité le plus de questions de la part des usagers.

Cet arrêté ne prescrit pas en lui-même de mesures de restriction directement applicables mais permet d’établir une meilleure coordination des restrictions des usages de l’eau à l’échelle des bassins versants, de diminuer les délais entre les constats de dépassements des seuils et la prise de mesure de limitation et d’introduire une progressivité dans les mesures prises.

Cet arrêté s’applique à l’ensemble des usages de l’eau, quelle que soit l’origine de la ressource utilisée : eau superficielle, eau souterraine et réseau d’eau potable à l’exception des usages prioritaires ou des usages pour lesquels l’origine de la ressource est déconnectée du milieu aquatique à l’étiage.

Il définit toujours quatre niveaux de gestion :

  • niveau de vigilance, incitant à une limitation volontaire des usages de l’eau et mettant en place des mesures de communication et une intensification de la surveillance de la ressource.
  • niveau d’alerte, fixant des mesures de limitations horaires (autorisation de prélèvement avant 10h et après 20h sauf le we) ou volumiques des usages,
  • niveau d’alerte renforcée, fixant la suspension de certains usages,
  • crise, interdisant certains usages non prioritaires

Les principales modifications apportées dans le nouvel arrêté cadre, par rapport à celui du 1er juillet 2019 :

1 – Concernant les restrictions relatives au réseau d’eau potable, il n’y a plus qu’une seule zone d’alerte, qui couvre tout le département. Cette zone suit les niveaux de gestion de la zone 3e-Loire (cf. article 6-C).

2 – Les tableaux des limitations par usage et par niveau de gestion ont été clarifiés pour certains usages : par exemple :

  • le cas des entreprises de nettoyage de bâtiments a été explicitement catégorisé (usage n°6),
  • les restrictions relatives aux stations de lavage (usage n°10) ont été assouplies,
  • les restrictions relatives au remplissage des piscines privées (usage n°16) ont été durcies,
  • les restrictions relatives à l’arrosage des potagers particuliers ont été assouplies (usage n°14).

Tous les usages ont par ailleurs été numérotés.

3 – Les modalités de demande de dérogation ont évolué, elles devront se faire désormais en ligne, sur une page dédiée des services de l’État (démarche simplifiée: https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/demande-de-derogation-secheresse ).

 

 

Plus d’informations : http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Secheresse/Arrete-cadre-secheresse/Arrete-cadre-secheresse-du-29-mai-2020

Point situation Niveau d’eau au 29/5/2020

Vous trouverez ici une note sur la situation actuelle des niveaux d’eau sur le bassin versant Brière-Brivet visant à vous informer.

Malgré l’épisode du Covid-19, l’équipe d’astreinte continue de veiller au bon fonctionnement des ouvrages (numéro d’astreinte = 06 27 83 14 51).

L’équipe d’astreinte continue de veiller au bon fonctionnement des ouvrages (numéro d’astreinte = 06 27 83 14 51).

Syndicat du Bassin Versant du Brivet - Tél. 02 40 45 60 92 - contact@sbvb.fr