La lutte contre les espèces envahissantes

L’Homme, grâce à ses échanges entre les peuples, a favorisé l’importation en Europe d’un très grand nombre d’espèces, végétales et animales, à des fins ornementales, thérapeutiques ou économiques. Cependant certaines de ces espèces dites exotiques se sont acclimatées et se développent, depuis, naturellement sur nos territoires, engendrant des conséquences néfastes pour les milieux, les activités et les usages. L’arrivée d’une nouvelle espèce peut être considérée comme un enrichissement de la biodiversité locale, mais aussi comme une catastrophe écologique.

Les espèces végétales

Elles sont appelées « jussie », « myriophylle », « élodée », « renouée », « baccharis » et trouvent en nos régions les conditions adéquates à leur développement. Les conséquences liées au phénomène d’envahissement sont nombreuses et variées :

  • disparition d’espèces végétales locales
  • impacts sur la qualité et la quantité de poissons, d’amphibiens, etc
  • asphyxie du milieu (consommation de l’oxygène)
  • ralentissement des écoulements, accélération de l’envasement…
  • fermeture de zones de pâturage
  • navigation perturbée, voire impossible
  • chasse au gibier d’eau compromise

Les jussies

La jussie L.uruguayensis et la jussie L.peploides ont été respectivement identifiées sur le territoire en 1994 et 2007 (sources : PnrBrière). La différenciation n’étant pas aisée, le terme Jussie se reportera aux deux espèces. La jussie est une plante aquatique enracinée immergée ou émergée pouvant former des herbiers denses presque impénétrables.

 

 

 

Le myriophylle du Brésil

Myriophyllum aquaticum est arrivé sur le bassin versant dans les années 90. Son développement s’est accéléré en 2008-2009 sur le bassin versant en contaminant une large partie des marais du Brivet.

 

 

 

De nombreuses autres espèces exotiques végétales aquatiques et terrestres sont présentes sur le bassin versant. Une surveillance particulière est réalisée sur la renouée du Japon, le baccharis et l’élodée.

Les actions du SBVB

  • L’arrachage manuel

Le SBVB intervient depuis 2003 sur des opérations d’arrachage manuel sur les marais de la Boulaie pour limiter la progression des plantes. Des agents saisonniers, financés par le Conseil Général de Loire-Atlantique, interviennent entre mai et septembre pour arracher les herbiers de jussies et de myriophylle du Brésil. Les sacs de récolte sont exportés en centre d’enfouissement à Herbignac (Keraline). Depuis l’été 2012, une expérimentation de « compostage » sur parcelle en culture est réalisée.

  • La mise en place de barrages-filtres

Le SBVB, en collaboration avec le PnrB, teste depuis 2010 la mise en place de barrages-filtre pour limiter la diffusion des boutures sur les ruisseaux et les canaux de marais. Ces dispositifs sont placés en aval de foyers conséquents et ont notamment pour objectifs de piéger les boutures et de protéger certains secteurs non colonisés.

Les espèces animales

Les espèces animales exotiques sont également bien présentes sur le territoire. Les rongeurs aquatiques et notamment le ragondin, introduit entre 1975 et 1980 (sources : PnrBrière), produisent aujourd’hui de par leur développement des dégâts importants. La multiplication de leurs terriers accélère l’érosion des berges et contribue à l’envasement des cours d’eau et à la déstabilisation des ouvrages tels que les barrages ou les routes. Ces rongeurs provoquent également des dégâts sur les parcelles agricoles riveraines des cours d’eau.

Le SBVB a lancé en 2012 un recensement des actions de lutte contre les rongeurs aquatiques (rat musqué et ragondin) auprès de l’ensemble des communes du bassin versant pour faire un état des lieux précis et envisager une lutte cohérente et intensive.

espèces envahissantes brivet

> Pour plus de renseignements, merci de contacter Justine MALGOGNE au 02 40 45 57 09.

De nombreuses autres espèces animales envahissantes sont présentes sur le territoire comme l’écrevisse de Louisiane, l’ibis sacré ou encore certains poissons comme le poisson-chat ou la perche soleil. Pour tous renseignements sur ces espèces :

http://www.parc-naturel-briere.fr
Parc naturel régional de Brière / tel : 02 40 91 68 68

Syndicat du Bassin Versant du Brivet - Tél. 02 40 45 60 92 - contact@sbvb.fr